Nouvelles

RADIOTHÉÂTRE: CKRL PRÉSENTE LA PIÈCE PRESQU’Il DE CATHERINE CHEVROT

En décembre, CKRL présente la pièce Presqu’Il de Catherine Chevrot en version radiothéâtre, en collaboration avec la Fédération québécoise du théâtre amateur (FQTA) et le Théâtre des deux masques.

UNE PIÈCE DE DISTINCTION DÈS 2016

Catherine Chevrot savait qu’elle tenait entre ses mains un texte canon lorsqu’elle a soumis ce drame psychologique à la Fédération québécoise du théâtre amateur dans le cadre du concours Création-Théâtre en 2016. Les membres du jury de la FQTA  y ont reconnu un grand potentiel, puisqu’ils ont décerné le premier prix à Mme Chevrot.

Lors de la soirée de la remise des prix à Sherbrooke, la FQTA a invité Catherine et les comédiens du Théâtre des deux masques à lire Presqu’IL en public. Une deuxième mise en lecture de l’oeuvre a été présentée peu plus tard aux amateurs de théâtre de Montmagny.

La qualité des textes, l’à-propos des thèmes abordés et la justesse de la mise en lecture ont motivé la FQTA à choisir l’oeuvre de Mme Chevrot et du Théâtre des deux masques dans le cadre de leur projet de valorisation du théâtre amateur en temps de pandémie.  Ainsi, le Théâtre des deux masques a pu enregistrer une version radiothéâtre de la pièce Presqu’Il dans les studios de CKRL afin de rendre l’oeuvre accessible à un plus vaste public virtuel.

Presqu’Il, le radiothéâtre, est mis en scène par France Clavet et interprété par les comédiens Claudine Landry, Carole Gendron, Mathieu Sirois et France Clavet.  Le bruitage est assuré par Rémi Biron.

DIFFUSIONS : Jeudi 9 décembre, 16 h.

Le 9 décembre, le radiothéâtre sera précédé d’une entrevue de Zita Bombardier avec des membres de la distribution du Théâtre des deux masques.

Rediffusions :  Mardi 14 décembre, 20 h 30 et jeudi 23 décembre, 14 h

SYNOPSIS

Presqu’Il raconte l’histoire d’une famille dysfonctionnelle formée par Sophie d’Auberval, son fils de 30 ans atteint de troubles mentaux, Moncreiffe, et de sa fille Maureen.

Le lien entre une mère et son fils est très intense. Mais dans ce cas-ci, il est plus intense qu’il ne devrait l’être. En effet, l’on devrait plutôt parler de pathologie. Moncreiffe, fondamentalement habité par ce lien, s’empêche de quitter la maison. Il concède aussi à sa mère, Sophie, le droit d’exercer tous les principes protecteurs que l’on appliquerait à un jeune enfant. De plus, Moncreiffe se laisse étouffer, sans que celui-ci n’en prenne ombrage. Il en est même heureux. 

Mais, un beau soir, le cocon éclate. À la suite d’une dispute qui tourne mal, Moncreiffe se vide le coeur. En conséquence, celui de Sophie s’arrête à tout jamais. Au paroxysme de sa psychose, Moncreiffe décide de prendre l’identité de sa mère et de lui offrir ce qu’elle a toujours voulu: l’amour du beau Nathaniel Chalmers! 

Ainsi, Nathaniel accourra le coeur battant, mais Maureen, la soeur de Moncreiffe, le lui broiera sauvagement. En effet,  cette dernière lui révélera la terrible réalité: la femme qu’il aime n’est pas celle qu’il croît être.

Production du radiothéâtre et montage sonore : Yves Dubois, CKRL.

Ce projet est rendu possible grâce à la subvention Rayonnement numérique du Gouvernement du Québec.

6 décembre 2021