Écoute en direct |
  • Les matins éphémères

Nouvelles

Beauport 2020 : la présence de particules fines inquiète

PRIMEUR – La présence de poussière rouge a déjà été documentée par les citoyens qui habitent à proximité du Port de Québec. Mais les particules fines? Le président du Conseil de quartier Maizerets, Martial Van Neste, tire la sonnette d’alarme.

M. Van Neste estime que la concentration de particules fines a déjà atteint un seuil critique dans les quartiers à proximité de l’administration portuaire, et craint que le projet d’agrandissement entraîne une augmentation au-delà de la norme canadienne actuellement en vigueur.

Or, celle-ci est appelée à diminuer dès … 2020, date d’inauguration projetée pour le projet de l’Administration portuaire de Québec (APQ).

On en parle en ondes :

Précisons que l’étude d’impact de l’APQ se veut plus rassurante. Les projections montrent que l’augmentation de particules fines ne touchera que la propriété du Port et qu’elles ne se propageront pas dans les secteurs résidentiels.

Le président du Conseil de quartier en doute et remet en question le modèle de dispersion utilisé.

«En mettant le point de référence à l’extrême [est du Port], ils font en sorte qu’ils peuvent prétendre que l’impact [environnemental] va être moins grand. Si ce point de référence était au centre, l’impact serait plus important», avance-t-il.

Agrandissement ou non, il y aura trop de particules en 2020

La station des Sables, située dans le quartier Limoilou, mesure déjà une moyenne annuelle de 10 microgrammes par mètres cubes de particules fines, soit un niveau de pollution équivalant à la norme canadienne. Dans trois ans, la cible du ministère canadien de l’Environnement sera abaissée à 8,8 microgrammes. C’est donc dire qu’agrandissement ou non, la valeur mesurée dans le sud de Limoilou excèdera la norme canadienne.

Les particules fines sont considérées comme étant les plus problématiques pour la santé des humains, car leur taille microscopique (0,0025 mm de diamètre) les font pénétrer aisément dans les voies respiratoires. Elles augmentent le risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires, en particulier chez les personnes vulnérables.

Martial Van Neste dit que la concentration de particules dans son quartier a déjà atteint «un niveau rouge à l’intérieur duquel (…) il devrait y avoir un plan de réduction urgent avec suivi qui devrait être fait». Il demande aux autorités compétentes de se doter rapidement d’un tel plan d’action.

Un secteur déjà «saturé»

Martial Van Neste se dit «préoccupé» par la situation. «Parfois les gens disent ‘pas dans ma cour’. Mais notre cour est pas mal pleine. Elle est vraiment pleine», dit-il, citant les autres activités industrielles du quartier Maizerets.

Dans le cas des particules fines près du Port, ce ne sont pas les activités de transbordement de vrac qui sont à blâmer, mais plutôt les moyens de transport. Martial Van Neste s’inquiète en particulier de l’augmentation du transport ferroviaire, du camionnage et de la présence de navires «qui eux même sont tout le temps en fonctionnement».

Rappelons que le projet prévoit l’agrandissement des quais sur plus de 600 mètres dans le secteur de Beauport, en plus d’un réaménagement de la Baie de Beauport.

L’APQ affirme que son projet génèrera 1100 emplois permanents et des retombées économiques annuelles de 100 millions de dollars.

2 février 2017