Écoute en direct |
  • Premières loges

Nouvelles

Véronique Lalande pas impressionnée par l’étude du port

Exclusif – La fondatrice du groupe Vigilance Port de Québec, Véronique Lalande, ne se montre pas impressionnée par l’étude d’impact environnemental présentée par l’administration portuaire (ADQ) et acceptée par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACÉE). Elle souligne cependant que ce n’est que le début d’un long processus.

La citoyenne, qui a mis au jour la problématique de la poussière rouge à Limoilou et dans les environs en 2012, a commenté à CKRL pour la première fois cette nouvelle nouvelle étape franchie par le Port de Québec.

Écouter l’entrevue qu’a accordée Véronique Lalande à CKRL :

Véronique Lalande déplore le peu d’attention accordée à la qualité de l’air dans l’étude de 1500 pages. «C’est presque laconique, on évacue cette question-là (…), on vient comme nier l’existence d’un problème et dire que le projet d’agrandissement ne créera rien [en terme de pollution]», exprime-t-elle en entrevue à l’émission On refait la une.

«Il faut voir que c’est un promoteur qui se présente pour un projet d’agrandissement alors qu’il est devant deux recours collectifs et des poursuites du gouvernement du Québec pour son bilan environnemental», poursuit-elle.

L’été dernier, la Cour supérieure a débouté le gouvernement du Québec, qui souhaitait faire appliquer sa loi sur la protection de l’environnement. La cause a été portée en appel.

Véronique Lalande souligne également «les délais très courts» pour s’exprimer dans le cadre des consultations publiques. Elle espère que les citoyens ne se laisseront pas intimider par l’imposant rapport.

Un processus en plusieurs étapes

La citoyenne estime qu’il ne faut pas voir dans le geste de l’ACÉE l’approbation du projet Beauport 2020. Elle rappelle que la réception de l’étude par cette agence fédérale intervient dans un processus en plusieurs étapes.

En outre, les experts du gouvernement auront l’opportunité de se prononcer sur le contenu de l’étude. D’autres consultations publiques devraient suivre.

Rappelons que le projet prévoit l’agrandissement des quais sur plus de 600 mètres dans le secteur de Beauport, en plus d’un réaménagement de la Baie de Beauport.

L’ADQ avance que son projet génèrera 1100 emplois permanents et des retombées économiques annuelles de 100 millions de dollars.

L’étude environnementale estime que l’effet sur la qualité de l’air sera «mineur et non important». Le document mentionne que le port n’est que partiellement responsable de la pollution, et qu’il faut considérer d’autres sources comme les activités industrielles et urbaines.

Selon l’étude, la majorité des contaminants présents dans l’air respecte les normes en vigueur.

(Crédit photo : Wikimedia Commons)

6 janvier 2017